Carnet de route

Raquettes en Aigoual

Le 12/01/2021 par Jacques Bel

Nous étions bien 17 à 8h00 ce matin du 12 janvier, au départ de l'Espendir. Avec un score de rugby, 10-7, avantage à vous mesdames, la virilité n'est plus ce qu'elle était.....

Avec 3 encadrants nous faisons 3 groupes afin de respecter les préconisations sanitaires .

Premier cadeau de notre escapade, au lever du jour, les cieux de couleurs pâles dans les bleus et roses.

Sitôt passé la Cardonille les prévisions météo s'annoncent fiables avec, en arrière plan sur les hauteurs cévenoles ,une bande épaisse, dense donnant sur un gris soutenu.

La montée à l'Espérou se fait avec souplesse, notre pilote, Elizabeth, maîtrise sa machine.

Là encore, confirmation de la météo, la journée sera maussade avec un fort vent sur les crêtes.

Dans ces conditions le plan initial de montée sur l'Aigoual est abandonné, Xavier notre guide, sort de son carquois son plan B.

Nous resterons quelques 200m en dessous du sommet, relativement abrités par la forêt qui couvre le versant méridional du géant du Sud Cévennes.

A la satisfaction décelable chez notre guide, les raquettes sont prestement chaussées, nul doute, nous ne cessons de progresser, bon d'accord, d'ici l'Everest y'a encore quelques marches.....La neige est abondante, l'ensemble du parcours se fera raquettes au pied.

A 9h45 la colonne se forme, le premier contact avec la poudreuse déclenche des expressions d'allégresse, régal visuel mais aussi sonore- Ah le crissement des pas sur la neige! Je pense alors à nos lointains ancêtres qui eux aussi, ont dû connaître pareilles sensations malgré des conditions extrêmes. Précieuse alchimie, notre cerveau reptilien conserve cet héritage.

Nous montons d'un pas régulier jusqu'à l'orée de la forêt, nous découvrons alors une petite maison de pierre pour forestiers. La visite s'impose. Mais là, Blanche Neige et ses hôtes eussent été à l'étroit!

La montée continue à travers les pins ployant sous la neige et les espèces caduques aux ramure givrées .

Il est décidé une pause, les thermos fument et, notre bonne fée Nadia procède à une tournée d'un délicieux pain d'épices et variante.

Nous gagnons le col de Faubel (1265m) puis poursuivons notre ascension à travers un milieu plus sauvage (d'avantage venté aussi). Nous ne verrons pas d'animaux mais plusieurs traces attestent une présence récente.

Il est 13h, les ventres gargouillent, la pause pique-nique s'impose; ça se fera dans une clairière relativement abritée.

Là, deux espèces émergent, "couchés" et les "debout". Aucune connotation hiérarchique, les couchés ayant trouvé la force et le courage de déchausser et de s'allonger. Bref, à chacun selon ses aptitudes....

Les doigts sont engourdis, la sensation de froid gagne du terrain, la pause ne va pas s'éterniser et, malheur à celui qui prononcerait le mot sieste !

Le retour s'amorce sur un rythme soutenu, rapidement une chaleur bienfaisante gagne nos corps. Re-passage par Faubel.

Spectacle fabuleux d'une blancheur immaculée, ici le Docteur Jivago et la sublime Lara ont supplanté Blanche Neige.

 Retour à l'Espérou à travers les arboretums où les hêtres bonsai côtoient de majestueux épicéas.

Redescente paisible par la vallée, retour à la civilisation vers 17h, quelques silhouettes furtives, besogneuses traversent l'Espendir.

Ce soir je sais 17 enfants de Cro-Magnon qui -corps meurtris ,cœurs légers, corps lourds- s'endormiront dans la chaleur des couettes avec des images féeriques plein la tête.

 

Nous sommes en période de vœux alors,

longue et heureuse vie à toutes et tous,

sus au sars-CoV-2 et autres variantes,

longue vie au CAF-PSL !

Contribution photos Bernard ,Marie Françoise et Barbara : https://photos.app.goo.gl/SzwL7ydthEVCxA4P9







CLUB ALPIN FRANCAIS PIC ST LOUP
CAF PIC SAINT LOUP
C/O XAVIER CHAMOULAUD
SALLE GEORGES BRASSENS
34980  ST GÉLY DU FESC
Permanences :
06 85 71 24 90
Agenda